Aide au Retour Volontaire et à la Réinsertion

Les programmes d'aide au retour volontaire et à la réinsertion (ARVR) de l'OIM offrent la possibilité d'un retour et d'une réinsertion effectués dans des conditions respectueuses de la dignité humaine, et économiquement avantageux à des migrants qui ne peuvent ou ne veulent pas rester dans le pays d'accueil et souhaitent retourner volontairement dans leur pays d'origine.

Pour les migrants qui doivent rentrer chez eux mais n'en ont pas les moyens, les programmes d'ARVR sont souvent l'unique solution possible. Ces programmes sont ouverts à toutes les personnes se trouvant à l'étranger qui ont besoin de l'aide de l'OIM, telles que les demandeurs d'asile déboutés ou ceux dont la demande risque d'être rejetée, les migrants irréguliers, les migrants en détresse, les victimes de la traite et d'autres groupes vulnérables, dont les mineurs non accompagnés, les personnes âgées ou ayant des besoins médicaux particuliers.

L'impossibilité de rapatrier rapidement ces catégories de migrants dans des conditions sûres peut être lourde de conséquences pour eux et constituer un fardeau socio-économique considérable pour les systèmes d'asile et d'aide sociale des pays de destination et de transit.

Les acteurs clés ont tout à gagner des programmes d'ARVR : pour les migrants, ils offrent une solution alternative au retour forcé ; pour le pays de destination, ils sont économiquement plus avantageux et administrativement mieux adaptés que le retour forcé ; quant au pays d'origine et aux relations bilatérales qu'il entretient avec le pays de destination, un retour volontaire assisté est moins sensible qu'un retour forcé et offre davantage de garantie de réinsertion.

L'aide offerte aux migrants retournant dans leur pays dans le cadre des programmes de l'OIM s'articule autour de trois activités . S'il existe des différences selon les programmes, tous présentent néanmoins les trois caractéristiques fondamentales suivantes :

  • Activité pré-départ: Conseils et informations sur le retour dans le pays d'origine, aide médicale (par exemple, examens médicaux et documentation), aide au transport, y compris fourniture de documents de voyage.
  • Voyage: Aide au départ (y compris indemnités de voyage et autres), transport (coordination, assistance lors du transit, assistance en matière d'accompagnement, documents et autres formalités), et aide médicale (examens médicaux précédant l'embarquement, et transport médicalisé).
  • Accueil à l'arrivée: Accueil, transport à l'intérieur du pays, aide sanitaire, aide à la réinsertion (souvent en coopération avec des autorités locales et des organisations non gouvernementales), ainsi que suivi.

Forte de son expérience et d'un réseau de bureaux et de partenaires, l'OIM fournit aux gouvernements des services visant à renforcer le dialogue sur les questions relatives à la gestion de la migration entre les pays de destination, de transit et d'origine, afin de stimuler la coopération et, ce faisant, faciliter des retours durables.

Les programmes d'ARVR sont aujourd'hui entrepris dans le monde entier depuis près de trois décennies. Au cours des dix dernières années, ils ont permis à un peu plus de 400 000 migrants de retourner en toute sécurité dans plus de 160 pays d'origine – dans de nombreux cas au départ de l'Europe.